Commerce Sherbrooke

Ventes de l’Après-Noël en 2018 : près de deux Québécois sur cinq y participeront

Ventes de l’Après-Noël en 2018 : près de deux Québécois sur cinq y participeront

Selon un sondage réalisé par L’Observateur pour le Conseil québécois du commerce de détail (CQCD), la popularité des ventes de l’Après-Noël atteint un sommet depuis 2015. En effet, près de deux Québécois sur cinq, soit 38 %, affirment qu’ils y prendront part. Après une légère diminution en 2017 avec une participation de 27 %, un regain se fait sentir avec une hausse de 11 % par rapport à l’année dernière.

Si les Québécois prévoient davantage y participer, ils dépenseront toutefois moins que l’année dernière. En effet, la dépense personnelle moyenne se situe cette année à 279 $ par personne, soit 17 $ de moins qu’en 2017.

« En analysant les données de l’Après-Noël en comparaison au Vendredi fou et au Cyberlundi, on constate que les ventes de novembre demeurent les plus populaires. Toutefois, cette année, la différence n’est que de 5 %. Nous expliquons cette tendance par un comportement d’achat réfléchi de la part des consommateurs, qui profitent des ventes qui précèdent les Fêtes pour effectuer leurs achats dédiés à cette période », explique Léopold Turgeon, président-directeur général du CQCD.

Que se procureront les Québécois ?
La dépense principale à l’occasion des ventes de l’Après-Noël se concentrera sur les vêtements et accessoires mode, alors que deux Québécois sur cinq s’en procureront. Près du tiers prévoient se prémunir d’articles électroniques, un gain de 6 % par rapport à l’année dernière.

Voici les cinq articles qui seront les plus populaires :

Finalement, 28 % des Québécois feront leurs emplettes en ligne à l’occasion de ces ventes. Cette tendance est, somme toute, similaire aux années précédentes (31 % en 2017 et 29 % en 2016).

« Dans le cadre de sondages portant sur les grandes ventes, tels que celui du Vendredi fou ou de l’Après-Noël, il est intéressant de constater l’évolution de l’engouement des consommateurs année après année. Alors que l’on observait une perte d’intérêt pour les ventes de l’Après-Noël dans les dernières années, le regain de 2018 confirme que celles-ci ont toujours une pertinence aux yeux des consommateurs », explique Jacques Pelletier, président du conseil et chef de la direction de L’Observateur.

Méthodologie
Au total, 1 092 personnes ont rempli le questionnaire de L’Observateur entre le 3 et le 10 décembre 2018. Les données ont été pondérées selon le genre pour refléter la démographie. La marge d’erreur est de 3,1 %, 19 fois sur 20.

L’infographie complète :

Source : Conseil québécois du commerce de détail

Mots clés:

Partager cette page