Commerce Sherbrooke

Desjardins ferme un autre centre de services à Sherbrooke

Desjardins ferme un autre centre de services à Sherbrooke

En plus des services à la clientèle interrompus à la Caisse Desjardins du Secteur public de l’Estrie (560, rue Bowen Sud), voilà que le centre de services Sainte-Famille (630, rue King Est) cesse lui aussi ses activités. Seuls les guichets automatiques seront maintenus à cette adresse. La clientèle devra donc se déplacer ailleurs dans la ville pour avoir accès à des services en personne.

« Il y avait beaucoup de bancs dans la salle d’attente et c’était presque toujours plein dans ce coin-là, c’est quand même assez central dans l’est de Sherbrooke », se désole le conseiller du district du Pin-Solitaire, Pierre Avard.

Ce dernier se dit inquiet pour la clientèle courante de l’établissement, qui devra effectuer plus de déplacements pour recevoir ses services.

« Je pense que c’est une grosse perte. De penser que tout le monde est rendu en 2018 à vouloir utiliser les guichets, je pense qu’il y a encore une bonne tranche de la population qui n’est pas rendue à ce stade-là. Il faudrait que les caisses populaires pensent à leurs membres », poursuit M. Avard.

Encore récemment, le 24 septembre dernier, La Tribune rapportait la fermeture du Centre de services de Saint-François-Xavier-de-Brompton et le déplacement des activités au siège social de Windsor. De plus, le guichet automatique situé à Racine a été fermé, ce qui a rendu plusieurs citoyens du secteur mécontents.

« Les guichets des comptoirs sont en train de disparaître un après l’autre. Les gens peuvent penser que ça se faisait juste dans les petits villages, mais on se rend compte qu’à Sherbrooke on subit la même médecine », ajoute le conseiller municipal, qui croit que c’est une question de temps avant que les guichets automatiques de Sainte-Famille soient fermés eux aussi.

Le Uniprix d’à côté : la solution de rechange

Les employés de la pharmacie Uniprix Chemika Mamode, voisine de la caisse Desjardins de Sainte-Famille, anticipent déjà le mécontentement de leurs clients dans les prochains jours. En dehors des heures d’ouverture de la caisse ou même si la caisse est en fonction, plusieurs clients se tournent vers eux pour retirer de gros montants d’argent au comptoir.

[…]

Pour lire la suite de l’article de Judith Desmeules, paru dans la Tribune, c’est par ici!

 

Mots clés:

Partager cette page