Commerce Sherbrooke

Le Conseil québécois du commerce de détail prévoit une augmentation des ventes de 4 % au Québec

Le Conseil québécois du commerce de détail prévoit une augmentation des ventes de 4 % au Québec

Selon une analyse effectuée par le Conseil québécois du commerce de détail (CQCD) et du Groupe Altus, les ventes du secteur du commerce de détail devraient augmenter de 4 % en 2018, au Québec.

« Les deux dernières années ont été excellentes pour le secteur du commerce de détail, avec des hausses de 6 % en 2017 et 6,2 % en 2016 au Québec. Nous n’avions pas vu de tels chiffres depuis 2010. Malgré les incertitudes qui règnent actuellement avec l’accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA) et la compétition inéquitable des géants du commerce en ligne, nous sommes confiants que 2018 sera tout de même favorable aux détaillants », exprime Léopold Turgeon, président-directeur général du CQCD.

Six critères ont été pris en compte afin d’effectuer cette prédiction :

  • un taux d’intérêt stable et bas;

  • une légère augmentation du revenu des consommateurs;

  • une inflation inférieure à 2,0 %;

  • une stabilité de l’emploi;

  • un coût de l’essence en légère hausse;

  • un taux de chômage inférieur à celui de 2017.

La valeur du dollar canadien, le prix du litre d’essence, ainsi que les négociations de l’ALÉNA demeurent des facteurs à surveiller et ils influenceront grandement les ventes de la prochaine année.

125,5 milliards de ventes en 2017
Avec une augmentation des ventes de 6 % par rapport à 2016, les ventes ont totalisé 125,5 milliards de dollars en 2017 au Québec. Près de tous les secteurs d’activités du commerce de détail ont connu une progression, c’est particulièrement le cas des magasins d’électronique et d’électroménagers (+ 22,9 %), des articles de sport, passe-temps, musique et libraires (+ 11 %) et des magasins de meubles (+ 10,4 %).

« En raison de la valeur du dollar canadien, les Québécois ont moins voyagé dans la dernière année. Ainsi, ils sont davantage restés à la maison, ce qui explique notamment l’attrait pour les articles de divertissement. L’augmentation du tourisme, combinée aux Québécois qui ont profité de leurs vacances au Québec, ont eu un impact positif sur les ventes » explique Léopold Turgeon, président-directeur général du CQCD.

La province canadienne qui a connu la plus forte progression est la Colombie-Britannique avec 9,6 % d’augmentation des ventes totales.

Équilibre dans l’indice des prix à la consommation
En 2017, l’indice des prix à la consommation a légèrement augmenté, se situant à 1,1 %. Elle demeure inférieure à celle du Canada, qui se situe à 1,6 %.

Au cours des cinq dernières années, on observe que le prix de certains produits a connu de l’inflation alors que d’autres ont connu une déflation. « L’inflation et la déflation de certains produits maintiennent un certain équilibre dans le portefeuille des consommateurs québécois », affirme le porte‐parole des détaillants.

Les chaussures, le matériel de divertissement et l’essence ont connu de la déflation au cours des cinq dernières années. Parmi les produits dont le prix a augmenté, nous retrouvons les catégories suivantes : matériel de lecture et autres imprimés, l’entretien et réparations par le propriétaire (rénovations), aliments achetés en magasins et les meubles.

Les Québécois épargnent davantage que les Canadiens
Parmi le profil des consommateurs étudié, nous constatons que les Québécois épargnent davantage que les Canadiens, et ce, depuis 2014. En effet, en 2016, le taux d’épargne des Québécois se situe à 5 %, malgré que le revenu disponible par habitant demeure inférieur au Québec qu’au Canada (27 557 $ au Québec vs 32 340 $ au Canada en 2016).

À propos du Conseil québécois du commerce de détail
Le CQCD est une association regroupant la grande majorité des entreprises du commerce de détail et de la distribution au Québec, ce qui en fait un interlocuteur incontournable. Dans le dossier du commerce en ligne transfrontalier comme dans tous les autres, le CQCD se positionne en « mode solutions » afin de contribuer aux réflexions, aux stratégies et aux décisions des gouvernements.

Pour consulter l’étude

Source : CQCD

 

Mots clés:

Partager cette page