Commerce Sherbrooke

Saint-Valentin en 2018 : Les Québécois célèbreront avec un repas en amoureux, au restaurant ou à la maison

Saint-Valentin en 2018 : Les Québécois célèbreront avec un repas en amoureux, au restaurant ou à la maison

Près de la moitié des Québécois prévoient célébrer la Saint-Valentin cette année, selon un sondage réalisé par L’Observateur pour le Conseil québécois du commerce de détail (CQCD). Le repas en amoureux est l’option la plus populaire pour souligner cette fête, soit en se concoctant un repas à la maison (45 %) ou en s’offrant un souper au restaurant (36 %). En moyenne, ils dépenseront 67 $, pour cette fête soit 11 $ de moins qu’en 2017.

« La Saint-Valentin est l’une des fêtes les plus appréciées des Québécois. Chaque année, les fêtes représentent de belles occasions pour les détaillants de créer un rendez‐vous avec leur clientèle. Ceux‐ci ajustent leur offre afin de répondre aux demandes des consommateurs. » a déclaré Léopold Turgeon, président‐directeur général du CQCD.

Que désirent obtenir les Québécois lors de cette fête ?

Bien que les deux sexes estiment que l’activité la plus populaire sera un souper romantique, 30 % prévoient honorer cette fête par un cadeau, 19 % offriront une carte de souhaits et 9 % prévoient une soirée coquine.

Pour une majorité des Québécois, le cadeau de la Saint-Valentin doit être un symbole d’amour (81%), agrémenté d’originalité (56 %).

Alors que le budget moyen est à la baisse, ce sont les plus jeunes qui voient leur portefeuille se resserrer pour cette occasion, passant de 63 $ à 48 $ chez les 18-34 ans, de 80 $ à 67 $ chez les 35- 64 ans, et, finalement, les plus de 65 ans dépenseront autant que l’an passé (90$).

Où trouver le cadeau désiré ?
Bien que 39 % des Québécois trouvent principalement leur inspiration sur les sites Internet, seulement un sur cinq prévoient y faire des achats. Afin de se procurer le cadeau désiré par l’être aimé, les Québécois achèteront dans les centres commerciaux (31 %).

Les Québécois prévoient se procurer leurs cadeaux dans un centre commercial (31 %), un magasin proche de leur habitation ou lieu de travail (26 %), un grand magasin (17 %) et/ou une pharmacie (17 %).

« Ce sondage permet de dresser les tendances, car, bien que les fêtes reviennent année après année, le consommateur, lui, évolue », affirme Jacques Pelletier, président du conseil et chef de la direction de la firme L’Observateur.

À propos du Conseil québécois du commerce de détail
Le CQCD est une association regroupant la grande majorité des entreprises du commerce de détail et de la distribution au Québec, ce qui en fait un interlocuteur incontournable. Dans le dossier du commerce en ligne transfrontalier comme dans tous les autres, le CQCD se positionne en « mode solutions » afin de contribuer aux réflexions, aux stratégies et aux décisions des gouvernements.

Infographie

Mots clés:

Partager cette page