Commerce Sherbrooke

Pénurie de main-d’oeuvre: former des soudeurs sur mesure

Pénurie de main-d’oeuvre: former des soudeurs sur mesure

La pénurie de main-d’œuvre touche la grande majorité des industries du Québec. Des chefs d’entreprise optent pour la créativité quand vient le temps de contrer ce problème. Les six quotidiens du Groupe Capitales Médias ont répertorié une douzaine de « bonnes idées ». À lire jusqu’au 16 janvier.

Patrick Charbonneau prend les grands moyens pour combler ses besoins en main-d’œuvre. Le président de Durabac a élaboré un programme de formation en entreprise. Il souhaite ainsi former 12 soudeurs dont il a cruellement­ besoin.

L’opportunité est alléchante pour les travailleurs, estime l’entrepreneur de Granby. Durabac­ offre à des candidats sans expérience d’apprendre le B.A-BA de la soudure sans être obligés d’effectuer un retour sur les bancs d’école. La formation — pratique et théorique — serait offerte par un formateur d’expérience et agréé et permettrait aux personnes sélectionnées d’être payées tout en acquérant une compétence reconnue par la Société américaine de soudage.

Un premier appel à tous a été effectué l’automne dernier. Mais, contre toute attente, il n’a pas été populaire. Seuls trois candidats se sont manifestés. Qu’à cela ne tienne, Patrick Charbonneau récidivera avec son initiative au début de 2018. « Peut-être qu’on n’a pas bien annoncé la formation la première fois. Je persiste à croire que l’idée est bonne », dit-il.

[…]

Pour lire l’intégralité de l’article de Marie-France Létourneau, paru dans la Tribune, c’est par ici !

Mots clés:

Partager cette page