Commerce Sherbrooke

Paiement électronique : Une manne que les PME ne peuvent ignorer

Paiement électronique : Une manne que les PME ne peuvent ignorer

L’avenir est dans le paiement électronique. Les PME seraient folles de s’en passer, croit Cédric Fontaine, consultant en commerce électronique qui compte parmi ses clients Guru Énergie, Kilo Solutions et le Musée de la civilisation de Québec. Il répond à nos questions.

Comment savoir s’il faut se doter d’un système de paiement électronique quand on est une PME ?

Je pense qu’aujourd’hui, la question ne se pose même plus. Les coûts de mise en place d’un site transactionnel sont très abordables et il est possible de vendre en ligne avec un budget limité. Les milléniaux [25 ans et moins] ont maintenant un important pouvoir d’achat. Pour eux, le web a toujours existé. Plus ils vont vieillir, plus les ventes en ligne vont continuer à grossir. Par conséquent, les façons de vendre vont changer considérablement.

Quelles sont les options offertes et comment faire le bon choix ?

Il y a deux options. La première est d’ouvrir un compte transactionnel auprès des grandes entreprises de traitement de cartes de crédit comme Moneris ou Monetico (Desjardins). Cela nécessite souvent des frais d’ouverture de compte, des documents à remplir et des frais mensuels. L’avantage : ce sont des entreprises canadiennes liées au système bancaire canadien. L’autre solution est de passer par une entreprise de paiement internationale comme Stripe, PayPal ou Square. Pour ces dernières, il n’y a pas de frais mensuels, mais des taux de commission pour chaque transaction variant généralement entre 2 et 2,9 %.

Comment l’implanter ?

La solution de paiement électronique est souvent liée à une solution de vente en ligne. Il existe plusieurs options pour vendre en ligne. Il y a des solutions « propriétaires » où l’on fait développer un site transactionnel par une entreprise comme CGI. C’est du sur-mesure, c’est donc plus cher. Sinon, il existe des solutions à code source ouvert comme Prestashop ou WooCommerce qui n’ont pas de frais de licence. Il y a aussi les solutions SAAS [software as a service] à frais mensuels [entre 20 et 60 $] comme Shopify [une entreprise canadienne] ou la québécoise Panier d’Achat.

[…]

Pour lire la suite de l’article de Stéphane Champagne, paru dans la Presse+, c’est par ici!

Mots clés:

Partager cette page

Nos principaux partenaires

  • Lien vers http://www.ville.sherbrooke.qc.ca/
  • Lien vers http://www.ccsherbrooke.com/
  • Lien vers http://sherbrooke-innopole.com/
  • Lien vers http://www.destinationsherbrooke.com/
  • Lien vers http://www.detailquebec.com/
  • Lien vers http://www.cqcd.org/
  • Lien vers http://www.economie.gouv.qc.ca/
  • Lien vers http://www.giac-quebec.com/
  • Lien vers http://www.progestion.qc.ca/
  • Lien vers https://ctequebec.com/
  • Lien vers http://estrie.femmessor.com/