Commerce Sherbrooke

Les commerces de détail cherchent des employés

Le nombre de travailleurs dans ce secteur avoisine les 445 000 personnes.

Malgré la révolution technogique que connaît le commerce de détail, le secteur de la vente arrive en première position des catégories d’emploi les plus demandées au Québec, selon le palmarès du site spécialisé Jobillico.

Les secteurs de la fabrication, de l’administration et de la construction suivent ensuite de près.

Dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre, ces quatre grands secteurs sont en forte demande auprès des employeurs. On s’arrache les candidats.

En dépit des difficultés de grandes chaînes spécialisées dans le commerce de détail comme Sears, les perspectives d’embauche dans ce domaine demeurent positives.

Après avoir connu une baisse à partir de 2008, le nombre de travailleurs dans le secteur est stable depuis au moins trois ans, avec près de 445 000 personnes. Et les perspectives d’embauche montrent une progression entre 1 % et 2 % en 2017, selon Emploi-Québec.

Résultat, depuis avril, plus de 40 000 offres d’emploi ont été affichées sur le site internet Jobillico, qui travaille en partenariat avec Emploi-Québec.

Doit-on s’en étonner ? Pas vraiment, soutient le cofondateur du site, Serge Lavallée.

« Cela ne me surprend pas. On voit qu’il y a une évolution au niveau des entreprises avec le e-commerce. Il y a certaines institutions comme Sears qui n’ont pas su s’adapter rapidement, mais d’autres, comme La Maison Simons, ont su prendre le virage et s’adapter. Ils surfent sur la vague et créent beaucoup d’emplois. Il ne faut pas oublier que le commerce de détail est dans le top 3 des créateurs d’emplois au Québec. »

Les boutiques éphémères Amazon

Selon lui, les bouleversements qui touchent le commerce de détail provoquent l’engouement pour de nouveaux métiers. Chaque jour, on assiste au lancement de nouvelles applications mobiles destinées à améliorer « l’expérience client ».

« Cela provoque de nouvelles façons de faire », affirme M. Lavallée.

Cette tendance se reflète dans certains secteurs d’emploi, où l’on observe un nombre élevé d’offres, en particulier dans le domaine des technologies de l’information, de la logistique et du transport, qui se hissent dans les dix premières positions du palmarès.

[…]

Pour lire la suite de l’article de Diane Tremblay, paru dans le Journal de Montréal, c’est par ici !

Mots clés:

Partager cette page