Commerce Sherbrooke

Une PME québécoise remplace les Américains

Une PME québécoise remplace les Américains

Un seul contrat peut parfois changer bien des choses dans une PME. Parlez-en à Asher Jakobovits, de Peinture UCP, à Baie-d’Urfé.

L’entreprise fondée par son grand-père il y a 57 ans a été choisie par Canadian Tire pour fabriquer la marque privée Premier. Une marque qui, désormais, prend toute la place au rayon de la peinture, les produits CIL et Benjamin Moores ayant été carrément retirés des 500 magasins au pays.

Pour UCP, obtenir cet important contrat n’était pas gagné d’avance dans un marché dominé par des acteurs majeurs. « Pour nous, c’était vraiment un grand défi car une grande entreprise américaine qui fait des milliards voulait faire leurs produits », raconte Asher Jakobovits, vice-président exécutif de la PME. En tout, « quatre ou cinq » concurrents « beaucoup plus gros que nous » voulaient le contrat, ajoute-t-il.

Mais il y tenait. Car ce contrat était une belle occasion de croître et d’éviter comme d’autres d’être avalé par un géant, explique le dirigeant de 43 ans. « Il y a eu beaucoup d’acquisitions dans le marché. Quand on est petits, il y a toujours un risque de disparaître. »

Présentation « de première classe »

Pour mettre toutes les chances de son côté, UCP a embauché une firme de marketing et de branding, eau3, qui l’a aidée à bien se vendre. « On a beaucoup réfléchi et on a fait une présentation de première classe. On voulait leur montrer qu’ils pouvaient nous faire confiance. » Aussi UCP voulait-elle montrer que malgré sa petite taille, elle entretient d’excellentes relations avec ses fournisseurs.

Le processus créatif a pris « quatre à six semaines ».

Après la présentation à Toronto, des représentants de Canadian Tire sont venus visiter l’usine quelques fois. Et bingo !

[…]

Pour lire la suite de l’article de Marie-Ève Fournier, c’est par ici !

Mots clés:

Partager cette page