Commerce Sherbrooke

Le «big data», perturbateur du domaine des ventes

Le «big data», perturbateur du domaine des ventes

Selon une étude de Forbes, le big data a permis à dix secteurs industriels d’améliorer le taux d’engagement des clients et de les fidéliser. Le big data permet d’optimiser les coûts et les décisions des entreprises en tirant des conclusions d’une quantité faramineuse de données analysées à l’aide d’algorithmes complexes. D’après l’étude, les utilisations les plus populaires du big data, en ce qui a trait aux ventes et au marketing, sont pour les données sur les consommateurs, atteignant 48 % des cas d’utilisation, et les analyses opérationnelles suivant derrière à 21 %.

Les avantages du big data sont inestimables. Toutefois, selon une étude de Monetate, spécialiste des tests multicanaux dans le but de récolter des données, moins de 1 % de l’information collectée par les entreprises est analysée.

Pourtant il s’agit d’une mine d’or pour les entreprises. Le mastodonte de la vente en ligne, Amazon, l’a bien compris. Le big data lui permet d’envoyer des offres personnalisées qui trouvent leur cible, contrairement aux coupons envoyés au hasard et dont 97 % finissent à la poubelle.

Les commerces doivent s’adapter

Les clients sont de plus en plus informés. Ils consultent une multitude de sources en ligne afin d’en savoir plus sur les produits avant d’acheter. Cela ne veut toutefois pas dire qu’ils achètent nécessairement sur le web. En effet, les clients veulent bénéficier du meilleur des deux mondes. C’est ce que démontre un sondage de l’Institut français d’opinion publique, pionnier et leader de sondages d’opinion et d’études marketing, selon lequel 46 % des clients se renseignent en ligne et 62 % continuent d’acheter en magasin.

[…]

Pour lire l’article au complet sur le site du Journal de Montréal, ça se passe ICI !

Mots clés:

Partager cette page