Commerce Sherbrooke

Commerce Sherbrooke plaide pour la valorisation et l’inclusion du commerce dans l’économie canadienne

Commerce Sherbrooke plaide pour la valorisation et l’inclusion du commerce dans l’économie canadienne

Dans les derniers jours, Madame Marie-Claude Bibeau, ministre du Développement international et de la Francophonie et députée de Compton-Stanstead, invitait les intervenants socioéconomiques du territoire à s’exprimer dans le cadre des consultations prébudgétaires du gouvernement fédéral qui avaient lieu à l’Université Bishop’s.

Commerce Sherbrooke a immédiatement accepté l’invitation afin de proposer des recommandations liées à son mandat et son expertise de développement commercial.

Il est à noter que l’industrie canadienne du commerce de détail est incontestablement le secteur économique le plus important au pays. Le marché est estimé à près de 455 milliards de dollars et compte plus de 134 200 entreprises (excluant les succursales et les points de vente) qui emploient plus de 1 922 000 personnes dans toutes les régions du pays.

Pour Monsieur Louisda Brochu, président de Commerce Sherbrooke, il faut valoriser et inclure davantage ce secteur économique. « Malgré l’apport considérable du commerce de détail à l’économie du Canada et ses régions, le secteur semble carrément absent de la vision du développement économique de nos gouvernements. »

Deux grandes recommandations

La Corporation de développement commercial a donc profité de cette consultation publique pour proposer deux grandes recommandations. Les administrateurs de l’organisme paramunicipal croient qu’il est nécessaire d’incorporer au futur budget fédéral des stratégies afin de combattre l’érosion fiscale due au commerce en ligne transfrontalier et une politique intégrée d’innovation et du savoir pour le commerce de détail.

« Partout dans le monde, le commerce en ligne est en croissance accélérée. Les hausses annuelles des volumes et valeurs des transactions réalisées via Internet au Canada et au Québec sont de trois à quatre fois plus grandes que celles de l’ensemble des ventes au détail sur le territoire. Et soixante-dix pour cent de ces achats en ligne sont effectués hors du pays. Les acheteurs peuvent ainsi trouver des items moins dispendieux à l’étranger et épargner les taxes sur leurs achats. On parle ici de millions de pertes fiscales associées au commerce en ligne transfrontalier », explique M. Brochu.

De plus, selon ce dernier, il est prioritaire de redonner au secteur du commerce de détail toute l’importance qui lui revient à travers l’ensemble des programmes gouvernementaux de manière à ce que l’aide financière de l’État soit davantage proportionnelle à la contribution économique de chacun des secteurs.

« Par l’intégration de commerce de détail dans les diverses orientations, stratégies et plans d’action gouvernementaux et par l’élargissement de l’accessibilité des détaillants de toutes tailles, tous secteurs et toutes régions aux divers programmes d’assistance technique et d’aide financière, à hauteur de l’importance économique de l’industrie concernée dans l’économie du Canada, nous avons la conviction que le secteur commercial contribuera davantage à l’essor économique du Canada », renchérit-il.

De son côté, Mme Bibeau s’est dite très satisfaite de la consultation. « Je suis fière de l’excellent niveau de mobilisation des participants consultés samedi. Un événement comme  celui-ci s’inscrit dans une démarche plus large qui témoigne de notre volonté de travailler en partenariat avec la communauté. La participation de Commerce Sherbrooke a permis de souligner les besoins des commerces de détail et d’identifier des pistes de solutions intéressantes. »

Rappelons que Commerce Sherbrooke est un organisme sans but lucratif créé en janvier 2011 et qui a pour mission de piloter l’évolution de la structure commerciale de l’ensemble du territoire de Sherbrooke de façon dynamique, cohérente et équilibrée dans une perspective de développement durable et en concertation avec les services municipaux et les acteurs du milieu.

Mots clés:

Partager cette page