Commerce Sherbrooke

À l’écoute des commentaires du milieu, les membres fondateurs de la SDC proposent une nouvelle structure de cotisation pour la future organisation

À l’écoute des commentaires du milieu, les membres fondateurs de la SDC proposent une nouvelle structure de cotisation pour la future organisation

Depuis quelques mois, les membres fondateurs de la nouvelle Société de développement commercial (SDC) du centre-ville de Sherbrooke ont multiplié les rencontres avec de nombreux acteurs du milieu concernant le développement du secteur névralgique qu’est le centre-ville de Sherbrooke. Les organismes à but non lucratif (OBNL), les professionnels et les entreprises privées ayant pignon sur rue, ont tous leur vision du développement du centre-ville. Notre objectif est commun : développer un milieu de vie dynamique et attrayant pour les Sherbrookois et les visiteurs de l’extérieur.

Dans les derniers jours, les discussions se sont intensifiées avec les différents groupes d’intérêt concernant la création de la nouvelle mouture proposée pour la SDC. « La très grande majorité des gens rencontrés nous ont félicités pour notre démarche de consultation et d’information. Cependant, certains d’entre eux questionnaient le système proposé de cotisation. », explique d’entrée de jeu M. Jean-François Bédard, président de l’Association des gens d’affaires du centre-ville de Sherbrooke (AGACVS) et propriétaire des boutiques Glori.us Femme & Homme.

En effet, initialement, la cotisation proposée était de 300 dollars par année pour toutes les organisations situées sur le territoire du centre-ville. Après quelques rencontres et une validation auprès de plusieurs SDC à travers la province, les initiateurs du projet ont décidé de proposer un changement règlementaire afin de répondre aux attentes et réalités des intervenants du milieu en modifiant considérablement le système de cotisation.

Revitaliser avec tout le monde

« Nous proposons une tarification minimale pour les OBNL. Une cotisation de 50 dollars par année leur sera demandée. Évidemment, nous comprenons qu’il existe plusieurs types d’OBNL et que certains d’entre eux vivent actuellement une situation précaire liée à leur financement. Toutefois, nous avons l’intime conviction que ce montant représente un investissement et non une dépense. Dès le premier jour du nouveau regroupement, nous désirons former un comité de travail afin de trouver des projets communs avec les OBNL du territoire », ajoute M. Bédard en donnant comme exemple la soirée Bouffe ton Centro qui permet d’amasser des milliers de dollars pour les organismes communautaires.

Mais si les OBNL s’y opposent, qu’allez-vous faire? « Nous avons une autre séance d’information avant l’ouverture du registre et nous allons travailler fort pour connaître leur opinion sur le sujet. Nous désirons trouver un terrain d’entente avec eux. J’espère que nous pourrons travailler ensemble pour développer le centre-ville », ajoute-t-il.

Concernant les autres membres du futur regroupement, M. Bédard propose également des modifications au système de cotisation afin qu’il soit davantage juste et équitable. « Les cotisations, exception faite des cotisations OBNL, seront calculées en fonction de l’espace commercial occupé. Les entreprises occupant une superficie de moins de 50 mètres carrés payeront un montant de 100 par année. Les entreprises occupant entre 51 et 99 mètres carrés, devront payer un montant de 200 dollars par année et, finalement, les entreprises d’une superficie de plus de 100 mètres carrés payeront un montant de 300 dollars. Ce système de cotisation sera plus équitable puisqu’il tient compte de la taille des entreprises qui s’exprime ici par la surface occupée », assure le président de l’AGACVS tout en précisant que plus de 90 pour cent des professionnels payeront 100 dollars par année.

Juste et équitable

Philippe Dusseault, propriétaire de l’entreprise Immeubles Must Urbain, située sur la rue Alexandre, abonde dans le même sens. « Ce système de cotisation est beaucoup plus équitable pour les professionnels et les OBNL du centre-ville. Nous allons nous donner les moyens de nos ambitions pour développer concrètement les rues Alexandre et Wellington Sud, ainsi que les autres artères névralgiques du centre-ville. Nous pourrons également aider nos amis du Marché de la Gare et leur permettre de développer un vrai marché public. Il est grand temps de s’attaquer de front à la revitalisation de notre Centro », clame-t-il.

D’un même souffle, M. Dusseault souligne qu’il reste une plage horaire pour venir jaser avec les initiateurs du projet de SDC. « Ça se passe mercredi prochain, le 4 novembre, de 13 h à 16 h, au 178, rue Wellington Nord, bureau 100. Venez-vous assoir quelques minutes avec nous. Si vous ne pouvez pas être présent, appelez-nous. Peu importe le moyen de communication utilisé, assurez-vous d’avoir toute l’information nécessaire pour prendre une décision éclairée concernant ce projet majeur qui changera le visage du centre-ville et dont votre organisation pourrait bénéficier concrètement ».

Source et information :

Jean-François Bédard

Président de l’AGACVS et propriétaire des boutiques Glori.us Femme & Homme

info@lecentro.co

819 446-3232 ou 819 822-6082, poste 111

Mots clés:

Partager cette page