Commerce Sherbrooke

Le garage de quartier, une espèce menacée?

Le garage de quartier, une espèce menacée?

Depuis 2009, la part de marché des garagistes indépendants au pays a rétréci, passant de 59 à 50 %. C’est ce que révèle une étude sur l’indice de consommation canadienne de la firme de marketing J.D. Power and Associates.

«Une baisse qui n’est pas terminée», croit Stéphane Couture, copropriétaire d’Automobiles Claude Couture, à Mont-Saint-Hilaire.

Ce mécanicien en affaires depuis 30 ans est convaincu que les parts de marché des garagistes indépendants s’effriteront encore d’au moins 15 % d’ici les cinq prochaines années. «Les concessionnaires veulent reprendre ce marché. Nombre d’entre eux ont déjà baissé les prix de leur service de changement de pneus, qui rejoignent les nôtres», souligne M. Couture.

D’ailleurs, la part des profits du service après-vente chez les concessionnaires a diminué, passant de 32,3 à 25,7 % entre 2009 et 2012, selon le dernier rapport annuel de la Corporation des associations de détaillants d’automobiles au Canada (CADA). Elle tend toutefois à remonter atteignant 29,3 % en 2013. Les parts de profits découlant de la vente de véhicules neufs et usagés ont, quant elles, augmenté.

Rappelons que les garagistes indépendants ont la réputation d’afficher un tarif horaire de 30 % à 50 % moins élevé que celui des ateliers des concessionnaires automobiles.

Lire la suite de l’article, qui aborde les défis technologiques et la question de la longévité des véhicules, sur Lesaffaires.com

Mots clés:

Partager cette page